30 octobre 2009

Le Capitalisme est incoutournable

Je me permets de retranscrire une opinion très pertinente émise par Jean-Jacques Lambin, Professeur émérite à l'Université Catholique de Louvain et Professore Università degli studi di Milano-Bicocca, et publiée dans La Libre Belgique du 30 Octobre 2009.


Dans une économie mondialisée, on ne quitte pas le capitalisme comme on quitte un parti politique ou un club sportif.

La crise économique et financière a déclenché une avalanche d’articles annonçant la fin du système capitaliste, revendiquant pour la France, voire pour l’Europe, la sortie du capitalisme et rendant celui-ci responsable du marasme économique et financier, de la destruction de l’environnement et du matérialisme de la société de consommation. Comme si, dans une économie mondialisée, on pouvait quitter le capitalisme comme on quitte un parti politique ou un club sportif. Paradoxalement, certains disent vouloir quitter le capitalisme, mais conserver l’économie de marché, alors que celle-ci est l’environnement naturel du capitalisme.

La confusion sous-jacente de ces propositions de sortie de crise rend pour le moins perplexe. Quitter le capitalisme impliquerait l’abolition de la propriété privée des moyens de production et la collectivisation des profits, et cela au moment où l’on compte beaucoup sur l’innovation, sur l’entrepreneuriat et sur les entreprises pour relancer l’économie. Proposition suicidaire et vouée à l’échec dans une économie planétaire, d’autant plus qu’en Europe, il n’y a pas d’accord politique sur ce thème. Seul le parti d’Olivier Besancenot en France soutient explicitement cet objectif. Sortir du système capitaliste dans une économie mondialisée, c’est un peu comme vouloir échapper à la loi de la gravitation terrestre.

Les valeurs morales et intellectuelles du système capitaliste s’appuient sur le libéralisme qui affirme la primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelle et qui repose sur l’idée que chaque être humain possède ces droits fondamentaux qu’aucun pouvoir ne peut violer. Cette idéologie est largement partagée dans le monde aujourd’hui, y compris dans les partis socialistes à la Belge, à la Française ou à l’Espagnole. Il faut rappeler que les théoriciens du libéralisme (y compris Adam Smith) considèrent que l’action de l’Etat est nécessaire à la protection des libertés individuelles et à la régulation de l’économie. Economie de marché et régulation du marché ne sont donc pas incompatibles.

Aujourd’hui, presque tous les marchés sont planétaires, y compris ceux qui paraissaient les plus enracinés dans des traditions nationales alors qu’à l’échelle de la planète, il n’existe aucun droit planétaire régulant l’économie. De ce fait, les plages de non-droit se multiplient. Là où le marché ne s’autorégule pas et génère des conséquences négatives, comme les inégalités sociales, les déséquilibres du marché financier ou la pollution, il incombe aux Etats-nations et à la communauté internationale d’agir.

Peut-on assainir le système capitaliste ? Plusieurs évolutions positives permettent de le penser, comme la prise en compte par les citoyens de l’impact écologique de leur consommation et la prise de conscience par les entreprises de leur responsabilité sociale. D’une manière plus fondamentale, il faut mettre en place et/ou renforcer l’Etat de droit gouvernant le fonctionnement du système capitaliste, là où l’autorégulation fait défaut. Mission difficile s’il en est. Mais pourquoi ne réussirait-on pas à organiser une gouvernance planétaire des marchés financiers aussi efficace que celles mises en place dans d’autres domaines, tels que l’Organisation de l’aviation civile internationale, les protocoles de Kyoto pour le réchauffement climatique, l’Agence internationale pour les réfugiés, sans parler des domaines mondialisés plus étroits tels que le football mondial, le tennis professionnel ou la Formule 1 ?

C’est manifestement dans cette direction que vont les décisions du sommet de Pittsburgh qui s’est achevé le 25 septembre dernier. Compte tenu de sa capacité d’adaptation, il est vraisemblable que le système capitaliste sortira consolidé de cette régulation, d’autant plus qu’aucune alternative crédible n’apparaît.


voilà un peu de matière pour relancer notre blog, Cher Jules-de-chez-Smith-en-face

13 août 2008

Au royaume des aveugles...

Bonne nouvelle pour les démocrates il sembleraitque l'ubuesque borgne ait vendu le paquebot à une université (certes chinoise mais une université tout de même). Le capitalisme ayant le bon ton de sanctionner l'indigence financière des nostalgiques des ordres noirs, il en soit est amusant que monsieur propre vend à l'émanation de ce qu'IL considère comme le péril solaire. Certes, les chinois ne sont pas éligibles pour le prochain prix sakharov mais il est cocasse de constater que lorsqu'il s'agit de ses deniers, le front national choisi le marché à la préférence nationale...
Au fond, c'est une mauvaise nouvelles, une vente franco-française l'aurait privé de quelques fonds...

02 juillet 2008

Ingrid Betancourt est sauvée par l'armée...

Il semble établi qu'Ingrid Betancourt a été libérée par l'armée colombienne. C'est une bonne nouvelle pour tout le monde. Les barbares sont vaincus et la Colombie sort grandie par la ligne politique courageuse qu'elle a suivi.

15 juin 2008

La grande victoire de la démocratie

Voilà, la démocratie directe a une nouvelle fois démontré sa valeur.

1 million de personnes, par leur vote,viennent de bloquer la réforme des institutions d'une Union Européenne de 500 millions d'habitants. Les raisons de ce non sont souvent aussi fausses que multiples. Les populistes de tous bords ont eu beau jeu de raconter des mensonges. est-il clairement indiqué dans le traité que l'Irlande perdra sa neutralité et devra légaliser l'avortement si le traité de Lisbonne entrait en vigueur?

Ces gens qui ont voté non célèbrent maintenant leur victoire. Mais de quoi peut on franchement se réjouir ou se féliciter.

Will Hutton, dans "the Observer" disait tres justement:"referendums work best for the demagogue, the dissimulator and scaremonger, as Hitler and Mussolini, lovers of referendums, proved."

13 juin 2008

Plus de Jules de chez smith en face à la saint patrick!

Je déclare solennellement ne plus vouloir fêter la st patrick (en minuscule dans le texte; leur saint patron ne mérite pas mieux), faire de mon mieux pour éviter d'aller étancher ma soif (qui est pourtant grande) dans les pub irlandais et de reporter sur une bonne Duvel ou un Orval mes envie de Guinness.

...

Comme le faisait remarquer finement Maître Eolas:"Les nonistes peuvent mettre le champagne au frais pour aller trinquer avec leur nouveaux amis anti-avortement. On a les amis qu'on peut."

triste époque...

Libellés :

12 juin 2008

"L'Union Européenne est ultra-libérale, anti-démocratique et bureaucratique"

"Bruxelles" semble bien rester l'éternel bouc-émissaire des bien-pensants. petite leçon

En cette période de référendum Irlandais sur la ratification du traité de Lisbonne (croisons les doigts pour que le bon sens l'emporte cette fois-ci), nous avons la chance de pouvoir réentendre tous les stéréotypes habituels à propos l'Union Européenne.

De nombreuses personnes se prétendant "européens convaincus" ou même "fédéralistes" osent même vous affirmer que ce traité est mauvais et pas souhaitable par rapport à la conception (égoïste) qu'ils se font de l'Europe. Et ces mêmes gens sont scandalisés qu'on ne leur laisse plus la possibilité de se prononcer sur ce texte comme en 2005. Les réactions des abonnées du Monde sont particulièrement édifiantes et démontrent malheureusement la méconnaissance totale que la grande majorité des gens ont de l'Europe. Cela entraine de tels fantasmes (si bien exploités par les populistes de tous bords) que cela me donne des frissons dans le dos.

Tout d'abord ce traité ne va pas créer une Europe ultra-libérale à la solde des méchants capitalistes et des encore plus monstrueux américains. Ce traité à pour but de donner un cadre politique en redéfinissant quels rôles sont donnés à chacun. En plus il renforce la politique commune étrangère de l'Union. Ce cadre permettra de suivre soit des politiques de droite, soit de gauche, dépendant simplement des majorités qui pourraient existées au sein du Conseil, de la Commission et du Parlement. De ce fait, et étant donné que ces majorités peuvent variées d'un organe à l'autre, les politiques européennes sont en fait toujours très centristes (Tout en gardant en tête l'idéal des pères fondateurs, c'est à dire un espace de libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux). Ceux qui sont contre cette libre-circulation seraient-ils donc contre les libertés individuelles???

Ensuite on nous dit que de toute façon l'Europe n'est pas démocratique et que ce traité "confisque le pouvoir au peuple par une poignée d'idéologues ultra-libéraux". Le traité va donner encore plus de pouvoir au parlement Européen en élargissant la procédure de codécision a de nombreuses matières (si vous ne savez pas ce que c'est que cette procédure, renseignez vous au lieu de cracher votre venin). De toute manière les élections européennes sont considérées par les citoyens comme des élections de seconde zone où l'on ne vote absolument pas sur des questions européennes mais où l'on sanctionne les gouvernants... Si nous n'avons pas d'Europe fédérale et que le processus d'intégration c'est fait pas à pas en commençant par l'intégration économique, je rappelle que c'est la faute du parlement français. En refusant en 1954 la communauté européenne de défense, ils ont tué dans l'œuf tout projet de structure fédérale européenne . c'est donc facile de se plaindre 60 après en accusant les monstres bureaucrates ultra-libéraux.

Pour ce qui est de la bureaucratie. Elle existe bien mais son nombre est sans commune mesure comparé aux administrations nationales. De plus la Commission, en tant que organe supranational, défend l'intérêt COMMUN , contrairement à tout ceux qui votent "non" au nom de petits intérêts ÉGOÏSTES. Mais rassurez-vous, cette horrible commission bureaucratique et technocratique voit, par le traité de Lisbonne, ces compétences encore réduites.


Ce traité n'est pas parfait, cela va de soi, et donc ne peut pas plaire à tout le monde... Cependant, Il est le résultat de longues négociations entre les 27 partenaires Européens. Des compromis ont dû être trouvés et aucun autre résultat n'est possible (le plan B, c'est le traité de Nice). Il aidera certainement l'Union a fonctionner de manière plus claire et améliorera la place de l'Europe dans le monde.

Pour finir, voici quelques unes de ces "réactions d'abonnés". Tant de bêtise fait parfois plaisir à l'égo.

Thierry W. :
«
On entend déjà pointer à l'horizon de cet édito la rancoeur hébétée de ceux qui on tant fustigé les électeurs du non au TCE en France et aux Pays Bas. Répétons encore une fois : OUI à l'Europe ; donc NON à ce traité. OUI à une Europe Démocratique. NON à l'Europe de la technocratie ultra-libérale. Un électeur du non et, n'en déplaise aux entêtés, un très fervent Européen.

bach
07.06.08 | 14h01
Et si c'était au contraire bon signe pour l'Europe que le non gagne? Pourquoi continue-t-on à entendre que si on est pour l'Europe, on doit dire "oui" justement à un traité qui piège cette même Europe. Qui a décidé que le rêve de l'Europe politique serait confisqué par une poignée d'idéologues ultra-libéraux? Eux-mêmes qui n'ont rien à faire d'une Europe politique, et ne la voient que comme un gigantesque marché? Oui à l'Europe, mais Non à ce traité!!!

JGT
07.06.08 | 13h58
Amusant. Quand les peuples parlent, les dirigeants ont peur ! De nous avoir privé de référendum sur le traité de Lisbonne, clone du TCE massivement rejeté par deux pays dont le nôtre, nous sommes suspendus au possible NO des irlandais pour que l'Europe ne soit pas un supermarché, succursalle Otanienne des USA ! PLEASE, SAY NO !

Le peuple français dont la volonté exprimée par le référendum de 2005 a été bafouée va être rétabli dans ses droits par le peuple irlandais. Ca c'est l'Europe, ça c'est de la démocratie par delà les frontières.


Affligeant, n'est-ce pas?????

28 mai 2008

le monde devient-il diplomatique?

Juste un petit coup de gueule à propos du site web du journal "Le Monde".
Si le site en lui même est très bien presenté et organisé, trois choses m'y insupportent plus que tout.
Tout d'abord le nombre de publicités devient complètement hallucinant. Il est devenu impossible d'y visualiser un article correctement sans être perturbé par des sons où de bêtes images occupant tout ou une partie de l'écran. Ensuite, et je ne peux malheureusement pas m'y empêcher, mon regard est systématiquement attiré par ce petit cadre à droite , vous savez, celui juste en dessous de la photo...oui tout à fait, celui-là, où il est marqué "réactions des abonnés du monde.fr". Même si je sais que je ne devrais pas les lire, je ne peux m'en empêcher et je suis presque chaque fois abassourdi par le simplisme, la pauvreté ou le parti-pris de ces réactions. Elles flairent un nauséabond parfum qui me rappelle tantôt Pierre Poujade, tantôt Georges Marchais. Est-il vraiment nécéssaire que ces réactions soient affichées à l'écran??? ne pourraient-elles pas se réduire à un lien en fin d'article. Un florilège de ces réactions vous sera bientôt proposé sur votre blog préféré.

Ma dernière remarque concerne plus le contenu des articles et la ligne redactionnel du Journal. Le Monde est un journal de centre-gauche, je l'accepte et le respecte. Cependant, en tant que seul journal "serieux" de la presse française, peut-il franchement se montrer de cette manière tellement anti-droite, anti-sarkozy et donc anti-gouvernement. Toute politique ou décision du gouvernement, quelle qu'elle soit, est systématiquement incendiée, avec un manque flagrant d'esprit critique(Alors que Colombani est parti). Tout n'est pas mauvais que diable! Un tel positionnement partisan ne peut faire que perdre des lecteurs (les chiffres de vente du Monde sont en diminution ces dernières années) et surtout ternir son image à l'étranger...

Le monde a déjà un petit frère extrêmement ancré à gauche, "le Monde Diplomatique"(qui n'est plus du tout un journal orienté vers un public de diplomates , mais un journal -disons le poliment- d'opinion). Il est inutile que "Le Monde" prenne sa place.


dessin de Plantu paru dans Le Monde du 30 avril 2007.

22 mai 2008

lamentable fin de règne

Je n'apprendrai rien à personne en disant que la politique proche et moyen-orientale de l'administration americaine est un fiasco. Par cette mauvaise politique dont il me paraît inutile d'en rappeller les faits, les néoconservateurs ont fait perdre aux Etats-Unis toute crédibilité et presque autant d'influence dans la région.
le président Bush vient, par sa lamentable tournée dans la région, de nous en donner la preuve ultime. Il n'est même plus écouté par ces plus proches "alliés" et ne maîtrise plus rien.
Tout d'abord en Arabie Saoudite, où le président a demandé aux Saoudiens une augmentation significative de leur production de pétrole brut. Il s'est fait, evidemment mais poliment, envoyé pêtre... Comme si les saoudiens allaient augmenter leur production, et donc réduire leurs reserves dans le simple but de stabiliser les prix... Qu'espérait-il franchement?
Ensuite en Egypte, où on l'a questionné sur sa volonté réelle de trouver une issue au conflit Israelo-Palestinien et on lui a demandé de s'en tenir a une position neutre dans le conflit.
Et c'est finalement chez son plus proche allié, Israel, que Bush a été le plus ridicule et le moins écouté. Dans son discours devant la Knesset, il nous a rabaché sa vieille rangaine habituelle qui a montré son inefficience depuis si longtemps. Il a professoralement rappellé aux Israeliens qu'il ne faut jamais au grand jamais négocier avec les terroristes, extremistes et radicaux en tout genre, et cela en mettant tout le monde dans le même panier. Il alla même, pour appuyer ses dires, rappeller les tristes évenements de 1938 lorsque les franco-britanniques négocièrent avec Hitler...
Les Israeliens ont evidemment poliment applaudi Bush et puis s'en sont allés directement reprendre leurs négociations avec les horribles extremistes membres de l'Axe du Mal syriens. Un accord de paix avec la Syrie serait apparemment possible, et ce sous l'égide de la Turquie et non plus de l'Oncle Sam.
Et dire que Bush espère toujours qu'un accord de paix final avec les palestiniens puisse aboutir avant la fin de son mandat, sans bien sûr inviter à la table des négociations le Hamas qui contrôle la bande de Gaza ...


On dit que les erreurs sont faites pour apprendre. Cela ne semble pas s'appliquer à Monsieur Bush qui persiste et signe. Pauvre Amérique, pauvre proche-orient.
Espérons une amélioration lorsque vous retournerez definitivement dans votre ranch de Crawford et que votre vice-président retournera à la chasse aux canards....

11 avril 2008

Retour de manivelle

Je serais tibétain je militerais pour un arrêt des manifestations pro-tibétaine. A mon avis, l'olympiade passée il va avoir un sérieux tour de vis. Pas sûr que les démonstrations de force aient un impact positif sur le confort des tibétains.

15 mars 2008

Un symbole contre un autre.

Cela fait plusieurs années que je projette d'écrire un post sur I. Betancourt. Deux choses m'en dissuadaient: la difficulté de faire un post sans passion et l'éventuel trollage inhérent à ce sujet. Force est de constater que le nombre de visites de notre blog me met à l'abri de la deuxième éventualité.

Sur la situation, avant que de la dame ne tombe dans les griffes des milices marxistes.

Ayant eu la chance de parcourir la Colombie il y à plus de 10 ans avec Aimé (la chance étant la Colombie, pas la proximité d'Aimé) nous avions pu constater la complexité de la situation. Dans les favelas, Ingrid ( je fais du name dropping , c'est plus court et ça flatte mon ego) jouissait d'une popularité étayée par les projets qu'elle avait conduits, càd qu'elle avait patronnés, ce qui revient au même dans ces environnements. Aimé et moi, outre que nous succombâmes aux charmes du Rhum de Cali, avons pu goutter aux charmes des contrôles routiers opérés par des enfants de 14 ans mieux pourvus en AK47 qu'en discernement dès la sortie des faubourgs de Medellin. Une visites chez des Bénédictins, racontant les rançonnages alternatifs des farcs et des paramilitaires nous interdirent tout manichéisme idéologique. Bref, la province colombienne est plus dangereuse que l'allergie au latex chez le touriste sexuel. Si nous avons pu le voir en quelques semaines, une personnalité politique aspirant aux plus hautes fonctions ne pouvait l'ignorer. Dès lors, si on ne peut mettre en cause la portée politique d'aller négocier avec les narco-guerrilleros, il est a la portée d'un socialiste de comprendre qu'on y risque sa peau (un peu comme quand on s'oppose a Poutine vous dirait Iouchtchenko).

Sur l'enlèvement

Mon expérience en terme d'enlèvement frisants l'expertise en politique internationale de miss boudin rouge 87 je vais me contenter de citer la Wikipédia:

Lorsque les pourparlers avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie sont arrêtés en février 2002, le gouvernement d'Andrés Pastrana donne l’ordre à l’armée de reprendre la zone de 42 000 km² cédés[réf. nécessaire].

Le 23 février 2002, le président Pastrana part en hélicoptère vers San Vicente del Caguán (Colombie) dans le but de rendre officielle la présence des forces armées dans la commune. Les autorités refusent à Íngrid Betancourt la possibilité de voyager par voie aérienne avec les journalistes qui accompagnent le chef de l’État[1]. Alors en campagne présidentielle, elle décide de ne pas faire marche arrière pour soutenir le maire de San Vicente del Caguán, membre de son parti politique.

Íngrid Betancourt prend la route de Florencia (capitale du département) qui mène à San Vicente del Caguán, malgré les avertissements du gouvernement lui signalant la présence de guérilleros procédant à des barrages en certains endroits de la route. Alors qu'une dernière barrière militaire empêche le convoi de continuer et que les militaires annoncent la présence des guérilleros quelques kilomètres plus loin, la candidate donne l’ordre à son conducteur de poursuivre sa route après avoir signé un document dans lequel elle se rend responsable de cette décision. Íngrid Betancourt et Clara Rojas passent plusieurs barrages des FARC jusqu'à ce qu'elles soient arrêtées à Paujil (Caquetá)[2].

Cet enlèvement s’ajoute aux autres enlèvements de personnalités politiques colombiennes et est considéré comme un enlèvement politique. “



Mon avis à moi que j'ai

Deux choses sont pour moi primordiales.

Ce n'est pas parce que je n'approuve pas toutes les idées de la dame ( notamment sa sortie sur le caractère « juste » de la lutte des fumiers marxistes Farcs) que je ne trouve pas inhumaine les manières des farcs. Qui que soit et quoi qu'ai fait un autre humain, la dignité humaine impose de le traiter correctement. Dès lors, je soutiens toute tentative de libération de tous les otages de ces ignobles narco-rançonneurs envers et contre tout. On chopperais des responsables farcs, je militerais tout autant pour qu'on les traite de manière digne et respectueuse sans préjudice de ma conviction que ce ne sont que des fumiers et des assassins.

D'autre part, la Colombie ne peut tolérer les agissement d'une telle milice sur son territoire et les forces régulières colombiennes ont toute la légitimité pour traquer et réduire au silence une organisation terroriste. Cela étant, même si je fus fort heureux de l'annonce de la neutralisation d'une des têtes pensantes (?) des farcs, je suis plus circonspect quant à l'incursion sur un territoire tiers sans autorisation. Il serait normal que ces pays laissent leurs espaces au militaires colombiens s'il ne luttent pas eux même pour l'élimination de ce chancre. Mais s'il ne le font pas, cela ne justifie en rien les incursions...



Pour conclure, je pense qu'il faut prendre garde de ne pas laisser l'envie de voir revenir les victimes des farcs à la vie normale prendre le pas sur une condamnation et une traque sans merci de narco-rançonneurs. Ces derniers qui infligent sans discernement une dernière preuve de barbarie en se camouflant derrière des valeurs qui ont perdu tout leur sens.







10 février 2008

Bové 1 – Monsanto 0


Ou comment convaincre par des arguments fallacieux.

Le gouvernement français a donc interdit la culture de semences génétiquement modifiées sur son territoire. Il a plus précisément interdit la seule semence génétiquement modifiée autorisée jusque là et jugée non dangereuse par la Commission Européenne, la MON810 produite par Monsanto. La France a invoqué face a la commission une « clause de sauvegarde » au nom du principe de précaution. Celle-ci ne peut être invoquée que si de nouvelles preuves scientifiques démontrant un danger pour l'environnement ou la santé sont découvertes.

José Bové peut donc recommencer à manger. Pour rappel, il avait commencé une grève de la faim pour faire "soi-disant" pression pour que le gouvernement prenne cette décision. En fait, il avait plutôt besoin de refaire parler de lui. En effet, après son lamentable score à l'élection présidentielle (mais où sont passés ses fameux collectifs????), une grève de la faim dont l'issue était plus que prévisible, (étant donné que le gouvernement avait déjà annoncé son intention d'interdire cette semence) était donc le seul moyen très en vogue trouvé par José pour refaire tourner les caméras autour de lui. Il peut maintenant prétendre que son action a été efficace car elle a fait céder le gouvernement.

Mais revenons à cette décision du gouvernement français qui peut paraître surprenante pour plusieurs raisons. Tout d’abord elle fait suite à un rapport du « Comité de préfiguration de la Haute autorité sur les OGM ». Ce rapport mentionnait effectivement certains dangers sur les vers de terres et d'autres insectes, dangers connus depuis bien longtemps déjà. Mais dans le même temps, le rapport reconnaissait que cette semence contenait moins de mycotoxines que le maïs "authentique", qui peuvent être toxiques pour les hommes et le bétail.

Deuxièmement, il est apparu que certains membres de ce fameux comité ont exprimé des doutes quant à l'interprétation faite par le gouvernement de ce rapport. En effet, selon eux (des scientifiques sûrement à la solde du grand capital), le rapport ne mentionnait aucun "sérieux doutes" et n'indiquait pas que les nouvelles découvertes faites sur les semences MON 810 étaient négatives. De plus il est peut être important de rappeler aux dogmatiques que de nombreuses autres études ont démontré que l'impact environnemental de cette semence OGM (qui a pour but d'éloigner certains insectes et donc d'augmenter la productivité, ce qui est mal!) est moins élevé que l'utilisation de pesticides. Elles ont aussi démontrés que la cohabitation entre les plants OGM MON810 et les autres étaient possibles, raisons pour lesquelles la Commission Européenne l'avait autorisée. Le gouvernement de Monsieur Sarkozy, qui avait montré pendant la campagne électorale l'importance qu'il accordait à l'Union Européenne, s'oppose à elle une fois de plus. La Commission Européenne a toujours été à l'avant garde en ce qui concerne la protection des consommateurs et de la santé publique et s'opposer à elle n'est certainement pas le meilleur message que l'ont puisse envoyer à une population de plus en plus eurosceptique.

Finalement, en même temps que cette décision, le gouvernement a annoncé le financement d'un grand programme d'investissements en biotechnologies (et donc entre autres d'OGM). C'est apparemment une question "d'indépendance nationale",c'est à dire une politique protectionniste de plus dont les français sont si friands.


Il semble que la politique pour monsieur Sarkozy ne doit pas être intelligente mais simplement populaire (populiste?). Il démontre malheureusement une nouvelle fois le manque de courage politique des politiciens français, ce qui n'augure rien de bon pour la France qui a tant besoin de réformes. Cela fait des années et des années que des groupes de pressions nous font croire que tous les OGMs sont dangereux et que il faut les bannir, quelles qu'ils soient et quelle que soit leur utilité. Grâce à ce matraquage, ou devrait-on dire cette propagande, l'opinion publique y croit maintenant et le gouvernement a donc cédé...

José Bové, lui,une nouvelle fois, se montre en totale contradiction avec les agriculteurs français qu'il prétend encore parfois défendre. EN effet les syndicats agricoles se sont montrés favorables à l'utilisation de la MON 810. En plus il ne devra même pas purger sa peine de prison qui a été commuée en amende. Ce laxisme de la part de la justice ne peut que l'encourager à poursuivre ses actions de destruction... Enfin puisque lui est au dessus des lois, les agriculteurs pourraient tout autant l'être et donc continuer à cultiver des semences GM (qui sont de toute façon cultivées dans les pays voisins de la France)


Les OGMs sont, comme l'énergie nucléaire, considérés par l'alter utopiste comme l'ennemi public numéro 1 de l'autre monde possible et aucune considération scientifique ou même rationnelle ne pourra le faire changer d'avis. Comme l'a bien montré José Bové et ses amis, il vaut mieux mourir de faim (ou même laisser l'Afrique mourir de faim) que de trahir ce principe. Les vers de terre sont sauvés, ouf!

Libellés :

04 février 2008

Le mythe de l'Europe sociale


Certains mythes á propos de l'Union Européenne ont encore de beaux jours devant eux. Les eurosceptiques, particulièrement britanniques, pensent par exemple que l'Europe est déjà un super état qui menace la souveraineté nationale.

Dans un autre contexte, une certaine partie de la gauche et de l'extrême-gauche (souvent française) pense que l'Europe manque d'une dimension sociale, qu'une "Europe Sociale" est nécessaire et que le futur traité de Lisbonne, qui ne la mentionne pas - mais qui contient une Charte des droits fondamentaux - est donc à bannir.
Mais qu'entendent-ils donc par Europe Sociale? J'imagine que cela voudrait dire, en contre partie de l'intégration des marchés, un très haut niveau d'harmonisation des normes et politiques sociales. Cette idée paraît donc très louable au premier abord et cela peut sembler attractif quand on privilégie le dogme sur la réflexion. Cependant personne n'est capable de nous expliquer quelles politiques sociales on désire harmoniser et surtout comment transférer le financement de ces politiques sociales au niveau européen. De plus, les systèmes sociaux européens, comme les traditions des états membres en la matière, varient plus que sensiblement d'un pays á l'autre. On ne peut pas demander à tous les européens d'accepter un centralisme et un interventionnisme à la française. Ensuite, Une Europe "sociale" devrait donc aussi engendrer une certaine solidarité transfrontalière. Je pense que cette solidarité transfrontalière a ces limites. Les pays les plus nantis, qui sont en général les contributeurs nets du budget européen, vont-ils accepter cette fameuse solidarité transfrontalière, alors qu'une grande partie d'entre eux ont eu le courage politique de réformer leurs économies et leurs marchés du travail. Finalement, ce n'est pas la France qui serait bénéficiaire de cette solidarité, mais plutôt la Pologne ou la Slovaquie...

Je voudrais enfin rappeler que l'Europe a déjà un certain volet social qui est non négligeable. Tout d'abord, la libre circulation des travailleurs et la coordination des régime de sécurité sociale permet à tout ressortissant de l’UE d'avoir le droit de travailler, sans discrimination, dans un autre pays membre et d’y être socialement assuré. Ensuite l'UE défend l’égalité des hommes et des femmes. Cinq directives ont été prises depuis 1975 pour garantir l’égalité de traitement au travail, de rémunération et de sécurité sociale. Enfin l'UE défend le droit du travail, la protection des droits individuels, collectifs et garantie de la santé et de la sécurité sur le lieu de travail. Bien entendu, ce sont les états membres qui ont l'obligation d'appliquer ces directives et de contrôler qu'elles soient bien appliquées. Ce n'est plus du ressort de l'Union Européenne.

Ceux qui revendiquent cette fameuse "Europe Sociale" sont en fait ceux qui refusent d'accepter l'évolution du monde, et qui espèrent continuerà vivre en 2008 comme on vivait en 1965. Et dire qu'ils osent s'appeller "progressistes"!

22 avril 2007

D-Day

Ca y est, nous y sommes enfin! Le premier tour de l'élection présidentielle est en train de se dérouler en ce moment. Une grande inconne se présente à nous lors de ce premier tour de scrutin: Mais quel score va donc faire José Bové????

la dynamique né du réferundum et tous ses collectifs qui représentent une multitude (paraît-il) vont-t-ils créer la surprise de ce premier tour???

Je ne sais pas vous mais moi je n'y crois pas.... J'espère de tout mon coeur qu'il va se prendre une énorme gifle dans la figure , histoire qu'on ne l'entende plus bêler. Il est en tout cas vraisemblable qu'il n'aura pas les 5% nécéssaire au remboursement de sa campagne. Ces fonds perdus ne seront donc pas utiliser pour l'une de ces actions de sauvages, ce qui permettra peut-être de sauver quelques années de travaux de recherche scientifique. Cela serait effectivement la bonne nouvelle de ce premier tour.

Delenda Porto Alegre

02 avril 2007

Toi aussi apprends à voter

suite a un post sur le blog de Bernard Salanie j'ai moi aussi j'ai fait le très instructif polimètre . J'ignorais à quel point j'étais allergique aux programmes des candidats... Je lutte même rageusement contre le tous pourri des populos. Enfin, voyez plutôt:



Ma seule satisfaction est de mettre les trois démocrates devant le borgne teigneux. Cependant, je me demande toujours comment Lady JUSTE n'importe quoi est devant le mouton rock 'n roll. Les voies du politomètre sont impénétrables.
En tout état de cause je me réjouis de voir les résultats d'Aimé ( voir de Léon s'il émerge de sa léthargie)

24 mars 2007

Est-ce une blague?????

Ségolène Royal, candidate socialiste à la présidence de la République française a enfin trouvé la solution au problème du chômage en France, comme elle l'a répétée à plusieurs reprise sur le plateau de France Europe Express:

"Il faut donner du travail à ceux qui n'en ont pas"

Bravo de réhausser le débat par votre fine analyse de ce problème madame la candidate du PS, mais si c'est une blague vous devriez peut-être reverser des droits d'auteur à Philippe Geluck qui l'avait déjà faite dans un de ses dessins du "Chat" (sauf que là, cette haute pensée sortait de la bouche d'un belge ivre mort!)

En ce qui concerne le pouvoir d'achat , votre solution serait-elle aussi de donner du pouvoir d'achat à ceux qui n'en ont pas???

17 mars 2007

Insoutenable suspens

Le feuilleton « José Bové se présente ou pas à la présidentielle » continue….

Nous voilà tenus en haleine, comme à chaque élection présidentielle, par le dépôt des 500 signatures d’élus par les candidats. Comme à chaque fois, nous voyons les candidats « anti » (anti-système, anti-capitaliste,…) se plaindre de la difficulté de les obtenir et continuer à maintenir le suspens quand à leur obtention. Comme chaque fois (excepté 1981) Le Pen et le candidat de la LCR nous font leur cinéma la semaine précédant la date butoir en racontant qu’ils ne les auront pas… Tout cela leur permet juste de faire parler d’eux, de critiquer le « système », de dénoncer le complot des « puissants » et de se poser comme d’habitude dans leur posture favorite, celle de victime. Et au bout du compte, comme par miracle mais après beaucoup de bruit, les signatures ont été obtenues.

José Bové, que nous n’avons pas beaucoup entendu jusqu’à présent, va encore plus loin. Pour combler le vide de son non-programme, il veut se différencier encore plus des autres « anti ». Il maintient encore le suspens en disant qu’il a rendu approximativement 500 signatures qui ne pourraient pas toutes être validées. De cette manière il peut faire parler de lui un peu plus longtemps et outre se poser en victime, peut prolonger une exposition médiatique qui est en fait son unique programme.

Maintenant la suite des évenements sera soit comique soit malheureuse. Elle sera comique si il n’obtient pas ses signatures. En effet, il aboyait auparavant que cela provoquerait un séisme démocratique. Je ne vois pas bien qui se bougerait les fesses pour notre casseur-démonteur-faucheur moustachu. Certainement pas les autres candidats de l’extrême gauche (les alliés de l’union du NON au réfeundum) qui verraient ainsi un de leur rival direct s’effacer. Peut-être que SES collectifs dont il n’a cessé de nous démontrer la force feront cette fameuse révolution, mais objectivement, je ne pense pas que SES fameux collectifs représentent la multitude qu’il affirme (existent-ils seulement, franchement ????). Donc nous risquons de voir Bové et ces quelques alter-faucheurs volontaires lobotomisés gesticuler pitoyablement et appeler à la révolution citoyenne collectivo-agraro-anti -capitalo-mondialiste sans que cela n'intéresse plus personne à part Groland et les Guignols de l’Info. Comme disait l’autre, tout cela fera vite « Pssschit ».

Par contre, s'il les obtient, et ce que je soupçonne, la campagne risque de friser encore plus le ridicule. En effet, nous devrons supporter, ainsi que les candidats democrates, des débats en présence de Bové. Et cela est particulièrement irritant quand on sait que le bonhomme ne débat pas, ne discute pas, n’écoute pas, mais balance SES idées toutes faites, crache SA vérité et use de démagogie primaire. Dois-je rappeler que tous les candidats recevront le même temps de parole et qu’on ne peut pas espérer de Bové ni un discours de fond ni des solutions réalistes.

Ma seule satisfaction, si’il est candidat, sera de voir une dispersion des voix de l’extrême gauche. Et puis qui sait, les extrêmes n’étant finalement pas si éloignées dans les méthodes et dans l’électorat, peut-être privera-t-il Le Pen de quelques voix.

13 février 2007

Le dilemme du frigo


Si vous posez la question: ' si on ouvre la porte d'un frigo, quel va en être l'impact sur la température de la pièce qui renferme ledit frigo', il y a de forte chance que 60% de gens vous répondent ça va descendre et que 60% vous répondent ça va monter. En dehors des 2% d'imbéciles réglementaires et indécis, ce sont bien les minoritaires ( qui on dit les deux)qui ont raison... En effet, directement après l'ouverture, un échange de calories de la pièce au frigo va se faire assez rapidement, faisant baisser la température de la pièce pour qu'un équilibre se fasse entre la température de vos laitages et celui de vos casseroles. Ensuite, le temps que le frigo comprennent de quoi il retourne( que son thermostat le lui indique) , il va se mettre en marche avec plus de frénésie qu'une majorette au son de la fanfare. Dés lors, comme la majorette, le frigo est exothermique et bruyant. Il va faire du bruit et va transformer de l'énergie électrique en calorie, alors que la majorette transforme des pains saucisses en chaleur.

Delenda Porto Alegre

02 février 2007

José Président!


Avec lui l'extrême gauche est maintenant certaine d'être ridicule!

Ça y est ! La nouvelle est tombée hier : José Bové sera candidat à l'élection présidentielle. Les collectifs anti-libéraux qui avaient démontré leur force et leur union lors de la grande victoire du non au referundum pour la constitution européenne (belle victoire à la Pyrrhus) ont enfin un candidat à leur mesure.

Car ce José Bové est une vraie petite canaille (sacré José!). En effet, comme je l'avais fait remarquer dans un précédent post, notre ami à la pipe avait indiqué il y a quelques mois qu'il ne serait candidat qu'à la condition qu'une union de la gauche anti-libérale soit possible et que cette union le désigne lui comme candidat. Mais d'union, il n'y eut pas... Marie-George Buffet représentera les communistes, Olivier Besancenot, Arlette Laguiller et Gérard Schivardi représenteront les trotskystes (outre-manche cela fait bien rire en tout cas que des gens se considèrent encore aujourd'hui « trotskystes » , et dire qu'il n'y a pas un mais trois candidats de cette mouvance moderne!).

Cette union n'a donc pas eu lieu mais cela n'a pas empêché José d'être candidat. Comme quoi il change d'avis comme on change de chemise. Cela dit, fidèle à la parole donnée, il a aussi ajouté qu'il pourrait retirer sa candidature le jour venu.

Pour démontrer encore sa grande de crédibilité, José Bové se veut le défenseur des « gueux et de la racaille » et veut "répondre à l'urgence sociale dans les milieux ruraux et les banlieues". Que de belles paroles rassembleuses et pas du tout populistes, mais concrètement comment va-t-il s'y prendre ? Quelle crédibilité et quelle légitimité a-t-il pour se présenter comme le défenseur des agriculteurs français, lui qui ne cesse de taper sur l'Union Européenne, le bailleur de fonds de l'agriculture française. Son discours est de plus radicalement différent, qu'il défende les agriculteurs des Pays en voie de développement où qu'il défende les agriculteurs français, dont les intérêts sont souvent divergents. En plus je rappelle que c'est le premier à aller saccager les cultures de ceux qui ne penseraient pas comme lui et ces nauséabonds faucheurs volontaires (les brûleurs de sorcières des temps modernes). Et quel est son programme pour les banlieues dont il a l'air de vivre et de connaître parfaitement les réalités? Finalement, il aura l'air fin si la cour de cassation confirme son jugement et l'envoie en prison pour 5 mois (alors que l'élection à lieu dans moins de trois mois), cela ne fait-il pas un peu désordre ?

Bien sûr que non, dans l'esprit de ce populiste (la littérature académique traitant du populisme le classe sans ambiguïté dans cette catégorie !), ce qui compte c'est la surexposition médiatique, que les condamnations dues à des actes de vandalisme lui offrent. En plus ce caméléon ose se prétendre après coup "prisonnier politique", comme si aller dévaster le travail et la propriété privé des autres était un acte politique responsable. A part les lobotomisés portant un T-shirt du Ché, qui pense-t-il franchement convaincre ??? Et cela ne fait-il pas un peu désordre d'avoir 5 candidatures anti-libérales ??? En tout cas l'éparpillement de ces voix est une excellente nouvelle.

Pour ma part, je vous propose un autre coup médiatique qui vous plaira certainement : Allez en Colombie négocier avec les FARC !!! Vous serez sûrement encerclé de caméras filmant votre enlèvement et votre disparition du paysage médiatique, ce qui pour la démocratie ne peut être qu'une bonne chose.

La fiche technique de Jules de chez Smith en face.


Ce petit post pour expliquer à tout un chacun que la chute en série des avions n'est pas due aux effroyables libéraux. La sagesse populaire, dont Aimé Demesmaeker nous rappelait dans un post

la profondeur, laissent souvent en entendre lors d'événements rares et impressionnants (crash d'avion, tremblement de terre, etc.) qu'une main invisible même pas d'Adam Smith pousserait les éléments se déchaîner contre les pauvres êtres humains dans des laps de temps très court. Ce genre d'événements sont des éléments indépendants, c'est-à-dire que l'occurrence de l'un, ne modifie pas la probabilité d'occurrence d'un autre. De plus, on peut imaginer assez simplement que la probabilité d'un avion s'écrase est la même tous les jours(à la grosse louche il est plus ou moins le même nombre de vols tous les jours).

Et pourquoi donc, me demande Aimé, lorsqu'il y a un crash d'avion, on entend soudain parler d'un deuxième crash. Hé bien, deux phénomènes sont impliqués.

Le premier est irréfutable. La fonction de distribution de ce type de loi (équiprobable pour chaque jour) est monotone et décroissante. Par exemple, pour qu'un accident arrive (n+1) jour après le dernier accident, il faut donc :

-qu'il ai lieu ( chaque jour la même probabilité p qu'un crash ai lieu) P=p

-qu'il n'ai pas eu lieu les n jours séparant ce crash du précédant. P= (1-p)n

Dès lors la probabilité qu'un accident ai lieu après (n+1) jour après le derniers est :

p(1-p)n

Comme p est compris entre 0 et 1 cette fonction est décroissante en n qed.

La deuxième, discutable, est l'intérêt que les médias portent dès lors au transport aérien. Tout les crashs ne sont pas rapportés par les médias; mais si un crash fait beaucoup de mort il y a de forte chance qu'un autre petit crash soit rapporté pour bien s'appesantir sur le nombre de morts (et le choc des images pour peu que le premier crash se soit déroulé en mer et donc soit insuffisamment 'visuel' )

Woilà

31 janvier 2007

Un peu d'histoire: le petit François

Je ne voudrais pas ici parler de l'actuel charismatique premier secrétaire du Parti Socialiste Français, mais de son fondateur décédé il y a déjà onze ans, François Mitterrand. Aujourd'hui les « bien pensants-donneurs de leçons » nous interdisent bien entendu de critiquer celui qui régna sur la France pendant 14 ans, l'homme de l'Union de la Gauche, de l'espoir, du changement, l'homme qui s'est battu toute sa vie pour un monde plus juste, ce résistant de la deuxième heure, celui qui comprit dès 1983 (après deux ans de nationalisations et d'augmentation -bien entendu conjoncturelle- du chômage) que le « socialisme » appliqué dogmatiquement n'allait peut-être hélas pas permettre à la France de devenir la lumière du monde qui guide les peuples...

Il est donc devenu difficile aujourd'hui de pouvoir critiquer ce petit homme par la taille. Il y a une sorte d'idéalisation du personnage venant de cette époque où il était encore permis de rêver, de croire qu'un autre monde est possible où tout le monde il est beau, gentil et égal. Le pauvre alter utopiste se demande bien aujourd'hui qu'est devenu cet espoir alors que le libéralisme, croit-il, ne provoque plus que précarité et délocalisation, que l'union des gauches est une chimère, que le spectre de l'extrême droite guette.

Et c'est justement à l'égard de ce dernier fait que Monsieur Mitterrand porte une odieuse responsabilité. Mitterrand est bien entendu critiquable pour certains de ces aspects, tels que son autoritarisme, son arrogance, ou certains de ces actes tels que la mise en scène d'une tentative d'assassinat sur sa personne, les fameuses écoutes téléphoniques, son cache-cache tumeur, ou la destruction psychologique de ces premiers ministres. Mais il est un acte répugnant, inadmissible, qui devrait être inscrit au fer rouge dans tous les livres d'histoire pour faire comprendre à tous les aveugles idéalistes que Mitterrand n'est en fait qu'un petit calculateur politicard et rien d'autre.

Revenons à l'année 1985. Mitterrand, se rendant compte que la gauche, après 4 années de mauvaise gouvernance, est très loin d'être sûre de gagner les élections législatives de 1986, change le mode de scrutin et passe à la proportionnelle. Quel était le but avoué de cet acte ? Ayant constaté aux élections européennes de l'année précédente la percée du Front National, Mitterrand se dit que tout simplement, la proportionnelle permettra au Front National de se renforcer et de ce fait d'affaiblir le centre-droit (Michel Rocard démissionnera du gouvernement suite à cette décision).

Voilà un Mitterrand bien machiavélique mais bien irresponsable puisque cela n'a fait que augmenter la visibilité du FN et lui a permis de s'installer durablement dans l'espace politique français. Pour ça je dis « Bravo tonton ». Hélas pour vous votre petit calcul d'épicier n'a pas fonctionné, le PS a perdu et Chirac est devenu votre premier ministre. Vous auriez peut etre du vous renseigner avant, l'electorat du front national est en partie representé par des cols-bleus décu par la gauche. Vous ne vous êtes donc pas seulement tiré une balle dans le pied (vous auriez peut-être du viser la tumeur) mais vous avez simplement poignardé dans le dos tous les démocrates au nom de votre soif de pouvoir.

On peut critiquer Chirac pour beaucoup de choses, mais pas pour son combat contre l'extrême droite. Jamais comme Mitterrand, il n'a joué avec la démocratie comme on joue à cache-cache (tumeur). Mitterrand n'étais finalement pas seulement petit de taille, il était surtout un petit monsieur tout court.

26 novembre 2006

Dictionnaire collectif citoyen

Un autre dictionnaire est possible!

Actionnaire:il gagne de l'argent soit en dormant soit en fermant des entreprises, jamais en travaillant.
Bové (José) : écoutez le bien, tout ce qu'il dit est vrai. Partisan de la désobéissance civile pour passer à la télé.
Capitalisme : la plus grand menace qui pèse sur la communauté des peuples, idéologie de l'Axe du Mal.
Collectif: agrégat de désoeuvrés en quête de sens a leur vie.
Commerce équitable: commerce qui vise à donner une vraie rétribution aux travailleurs des kolkhozes projets collectifs citoyens en le vendant sur un marché captif.
Cuba : le paradis sur terre crée grâce à la révolution, les systèmes éducatif et de soin de santé n'y ont pas encore été égalés jusqu'à ce jour.
Délocalisation: conséquence inéluctable de la mondialisation. Mode opératoire de l'Axe du Mal. Vise à prendre le travail a des travailleurs de chez nous. Franchissant les frontières, ce travail se mute en servage.
Démontage: méthode citoyenne collective d'action non violente.
Ecologie : vérité révélée. Voir nucléaire.
Fonds de pensions (ou d'investissements) : toujours anglo-saxons, ils achètent de belles entreprises européennes, les pressent comme des citrons pour en tirer le plus de bénéfices puis ils les ferment ou les délocalisent.
Faucheur volontaire : : Citoyen du monde responsable qui a écouté José Bové très attentivement. Voir OGM
G8 : fait partie de l'Axe du Mal. Occasion de fumer des pétards, de tringler tout le week-end, ou de lancer des extincteurs sur les policiers. Voir OMC
Guévara (Ché) : Poster ; T-Shirt.
Hugo Chavez : Il combat l'Amérique en lui vendant tout son pétrole.
Info (les Guignols de) : seul journal parlé objectif indépendant du grand capital.
Libéralisme : action de vouloir gagner le plus d'argent possible en exploitant les travailleurs ou les pays en voie de développement.
Mondialisation : Raison pour parcourir la planète, de Porto Alègre à Davos en passant par Seattle et Gleneagle, en fumant des pétards et en criant « à mort l'OMC ».
Nucléaire (énergie) : raison d'être de l'écologie.
OMC: fait partie de l'axe du Mal. Les grands capitalistes veulent dépecer la planète et ses travailleurs pour devenir encore plus riches. Voir G8
OGM: quelque chose qui doit être détruit quoi qu'il arrive car José Bové l'a dit.
Patron: Entité nébuleuse qui exploite les travailleurs en leur donnant du travail. Cherche à délocaliser dès que la vraie presse d'opinion a le dos tourné.
Révolution : on aimerait tous faire son petit mai 68. Vise à mettre les vrai gens de la rue au pouvoir et les gens au pouvoir dans la rue.
Pétard : trop coooooool, je plane mec.
UE : fait partie de l'Axe du Mal, responsable de presque tous les maux de la planète.
USA : Ennemi des peuples. Le Grand Satan qui domine l'Axe du Mal. Le « Made in China » doit toujours être préféré au « Made in USA ».
W (prononcé debeliou) : chef de l'Axe du Mal et grand organisateur du complot capitalo-liberalo-mercantilo-imperialo-americano-sioniste.

(en collaboration avec Jules-de-chez-Smith-en-face)

Delenda Porto Alegre

16 novembre 2006

Du mont pelerin au mont Olympe



Enfin, j'espère...

31 octobre 2006

Via Camberezina

Monsieur José Bové, pourrait-il être candidat à l'élection présidentielle française de 2007? Notre héros du Larzac nous en donnait les explications lors de l'émission hebdomadaire de Christine Ockrent, France Europe Express, le 22 octobre 2006.
Selon lui, peut-être, si une union de l'extrême gauche alter mondialiste, antilibérale anticapitaliste est possible, et que ce mouvement enfin unifié pour le progrès des peuples le désigne comme candidat. Cela est bien entendu peu probable dans un contexte où le Parti communiste français a déjà désigné la très moderne Marie-George Buffet comme possible candidat et négocie en cachette avec le Parti Socialiste, que Arlette Laguiller fera de toute façon bande à part,... Il ne reste plus que la LCR, mais je vois mal un Besancenot s'effacer pour notre ami rempli de convictions qui ressemblent plus à des certitudes. Il a la certitude que cette union aura lieu quoi qu'il arrive, et qu'elle atteindra le second tour et même la présidence... Parce que, selon lui, les « collectifs » (terme assez vague, et qu'il n'a jamais approfondi durant le débat) avec lesquels il travaille représentent une multitude (en chiffres, cela représente?) et une dynamique désirant un changement radical. Il nous donne l'exemple de la mobilisation de ces (ses ?) collectifs lors du referundum sur la constitution européenne, où le « non » l'avait emporté...(no comment). Je ne m'attarderais pas sur les autres interlocuteurs présents à ce débat, lors duquel les deux politologues, le représentant du Parti Socialiste et la députée verte italienne semblaient subir les vérités et les contradictions des « autres », dont l'un se revendiquait quand même non-stalinien. Avec des gens tellement aveuglés par leurs visions d'arrière garde, le débat, bien que correctement encadré, ressemblait parfois à une cour de récréation.

Mais revenons sur le personnage principal. José Bové (qui se prénomme en fait Joseph, comme Bill Clinton et Tony Blair se prénomment en fait William et Antony-le populisme est l'affaire de tous) est aussi le porte parole de « Via Campesina », un mouvement paysan international qui, si j'ai bien compris, prône la « souveraineté alimentaire » (le site de Via campesina n'explique absolument pas ce que c'est, wikipédia donne une brève explication ) et qui s'oppose bien entendu à l'OMC (le Grand Satan), au FMI (Les méchants usuriers), et surtout aux accords de libre-échange (c'est un gros mot ça). A part ça, le site ne nous montre que leurs actions de contestation, et les objectifs exacts sont difficilement identifiables. C'est vrai que c'est quand même plus rigolo de sillonner la planète chaussé de tongues en hurlant que d'écrire une thèse de doctorat. Nous voyons donc Joseph Bové parcourir le monde de Seattle à Davos, en aboyant «à mort l'OMC », et cela bien entendu encerclé de caméras. Cela est assez interpellant de la part d'un homme qui s'est fait connaître par la défense des petits paysans français menacés par une horrible base militaire dans le Larzac.

Je suis bien sûr d'accord avec certaines choses dénoncées par via campesina. Par exemple, je réprouve totalement la semence « terminator » de Monsanto et bien entendu, il est louable de vouloir plus de justice sociale pour les agriculteurs des pays en voie de développement. De plus une plus grande ouverture de nos marchés aux produits des pays du sud serait certainement plus juste et profitable pour tous.

Mais alors comment veut-il concilier les besoins des agriculteurs français et ceux des agriculteurs du monde en voie de développement. Parce que c'est très bien la « souveraineté alimentaire » ; chacun produit pour ses besoins et on ne fait surtout pas d'échange. Je rappelle que des gens comme Le Pen ou de Villiers utilisent aussi énormément le mot « souveraineté » et aiment aussi beaucoup le principe du chacun chez soi. Mais attention l'extrême gauche c'est le BIEN sur terre, l'extrême droite le MAL, il n'y a pas de comparaison possible. En gros on fait une grande révolution agraire en confisquant et redistribuant les terres, ce qui ne fini jamais en copinage complet et en berezina cfr. les réformes agraires du démocrate Mugabe au Zimbabwe.

Cela sera peut être très bien pour certains producteurs de pays en voie de développement qui ne se verraient pas concurrencer sur leur propre marché par les produits agricoles européens qui y sont bradés. Mais à part ça, je pense que cela poserait des problèmes à beaucoup d'autres et premièrement aux producteurs des pays avec lesquels l'UE (Belzébuth) a des accords privilégiés, tels que les pays ACP. Enfin qu'adviendra-il de l'agriculture européenne dans ce nouveau monde agricole révolutionnaire ???? Sans débouchés extérieurs, on peut aisément penser qu'une partie du monde agricole européen disparaîtra. Nos paysans du Larzac qui avaient adulé ce cher Joseph ne se sentiraient même pas trahi au profit des paysans d'Amérique du Sud.

Je vous proposerais donc, Monsieur Bové, qui n'avez pas vraiment votre place en tant que président de la République, d'aller plutôt demander à Messieurs Castro, Chavez ou Morales de devenir leur ministre de l'agriculture, qu'on rigole et qu'on appelle immédiatement le PAM. Pendant ce temps nous organiserons dans le cadre de l'OMC nos propres accords de libre-échange, loin de vos simagrés.
(à suivre...)

26 août 2006

Vive les éco logiques.

Une des raisons qui me poussent à taper sur les écologistes est l'importance de ce qu'ils prétendent défendre. A priori, le bon fonctionnement du monde et sa sauvegarde sont des objectifs partagés par le plus grand nombre . A contrario, il faut être sauvagement taré pour vouloir la destruction de son milieu. Par exemple, je ne connais personne qui désire se foutre en l'air avec tellement de fougue que TOUT les dégâts collatéraux lui sont indifférents. A la rigueur, si un évènement effroyable ( second tour Besancenot-le Pen, interdiction du vin et de la bière, retour des nationalismes) je peux comprendre l'envie irrépressible de se mettre la tête dans le micro onde puissance 7000W. Mais plus rares sont ceux qui allument le gaz avec l'espoir secret que tout l'immeuble saute avec l'arrivée du livreur de pizza.

La non destruction de la planète est donc un sujet qui, à des niveaux divers, nous occupe tous. Les écologistes ont la fâcheuse tendance de se considérer comme les uniques dépositaires de la protection de la terre. Dans un précédent post , j'expliquais pourquoi j'étais contre le procès d'intention fait par les écologistes au nucléaire dans la limite où ils ne donnent pas d'alternative viable. Il ne manque pas de chose autrement plus importante à faire en priorité. Améliorer l'efficience des machines privées et publiques, encourager les synergies énergétiques (mettre à profit, par exemple, la chaleur produite par une entreprise dans une autre entreprise). Je ne ne dis pas que ces problématiques ne sont pas défendues par les écologistes, je pense que ces derniers noient ces dernières idées prioritaires et envisageables derrière de vieilles rengaines simplistes populistes et improductives.


L'écologie est une chose trop importante pour la laisser aux écologistes.


Delenda Porto Alegre

06 mars 2006

La meilleure réponse qui soit

un groupe d'israéliens a mis au point la meilleure réplique au concours de caricatures antisémites lancées par un journal iranien: un concours de la meilleure caricature antisémite faite par un juifs.

http://boomka.org/

C'est drôle, efficace et inattaquable de l'extérieur en un mot génial.

Woilà.

28 décembre 2005

Très Autoritaires Villageois

Les bouseux sont nos frères et, à ce titre, on ne peut les réduire en engrais à court terme. Pourtant c'est tentant. Surtout, quand nos frères se liguent avec la canaille de gauche orthodoxe pour s'opposer à la construction d'une ligne de TGV (TAV en italien) dans leur riante vallée. Soutenus aussi par les autorités locales ne voulant être ni en reste ni hors cadre dans les reportages des équipes de télévision régionales, nationales et même internationales quand les attentats irakiens font moins de 14 morts. Cette levée de boucliers est fidèle à la règle unanimement reconnue que les désagréments (pylônes GSM, autoroutes, lignes de chemin de fer, salles des fêtes, stades de foot, etc...) sont toujours mieux localisés quand ils le sont dans le pré du voisin. En général, après s'être généreusement exprimés sur l'impossibilité de laisser des sans ( -abris , -papiers, -parents, etc...) dans la rue un soir d'hiver, les biens pensants objectent qu'ils ne peuvent malheureusement pas les accueillir suite à la place folle que prend le poney de la petite dernière dans les écuries. Lorsqu'une chose est souhaitable collectivement mais implique des désagréments particuliers, rares sont ceux qui ne défendent bec et ongles leur bout de gras respectif. Masquant sous une dialectique truffée de lieux communs coupables l'égoïsme de leur stratégie plouco-machiavélique (pardon Machiavel). Enfin, cette démonstration de lâcheté collective leur permettra sans doute d'avoir un réseau de manifestants coriaces pour manifester, dès juin prochain, contre la multiplication des poids lourds qui ne manquera pas de s'opérer dans leur criante vallée.

Delenda Porto Alegre

16 décembre 2005

Etrennes...


En ces temps de fêtes il est bon de rappeler aux malotrus de tous bords les règles élémentaires du savoir vivre (de 1950, on n'a pas inventé le cynisme hier... )


Noël
Noël est 1'époque des témoignages d'affection. Parents et amis peuvent s'envoyer, a cette occasion, un souvenir dont 1'importance varie avec les circonstances et surtout les moyens de fortune. Le petit cadeau comblera de joie amis ou parents. Mais, dit-on, la façon de donner vaut mieux que ce que l'on donne... pas forcement! Cependant le plus humble des bouquets présenté avec soin, dans un papier intact et noue,au besoin d'un ruban, accompagne d'un mot qui prouve amitié ou reconnaissance a 1'égard de celui ou de celle a qui on le destine, peut toucher davantage qu'un présent de plus grand prix, mal emballe et accompagne d'une simple carte.


Le Jour de l'an
Si vous avez des domestiques ou une femme de ménage, donnez-leur également, en plus des étrennes en argent, un petit souvenir.
Si votre vieille tante habite la même ville que vous, faites-lui la classique visite du Jour de 1'an en mettant sous votre bras le sac de chocolat ou de marron glacés dont cet âge la est friand, avec l'espoir d'en profiter pendant la visite et, qui sait, de recevoir le petit cadeau comp Chaque année, a 1'époque du Jour de 1'an, les différents facteurs ( lettres, imprimes, télégraphistes, etc. ) boueux et autres fonctionnaires du même genre passent vous apporter leurs voeux et vous tendre la main. Ne leur refusez pas un billet assorti a 1'importance de votre logement et aux services qu'ils vous ont rendus. N'hésitez pas a offrir a votre concierge, en surplus de ses étrennes, la petite attention qui la touchera. Si vous faites un arbre de Noël, invitez ses enfants et ceux de vos serviteurs, s'ils en ont, au goûter et a la petite fête au cours de laquelle vous les traiterez comme vos propres enfants. ensateur.

Delenda Porto Alegre

13 décembre 2005

Le nouvel 'alter-impérialiste'

Ce matin devisant gaiement avec Léon Prunelle sur l'opportunité d'envoyer des colis humanitaires remplis d'autopompes pour éviter que les policiers ( SERVICE PUBLIC s'il en est) ne se fassent ouvrir le crâne par des manifestants braillards et vindicatifs, une idée lumineuse a éclairci mon horizon de pensée embrumé par le flash d'information relatant la façon dont Pascal Lamy s'est fait conspuer (et si je veux je fais des phrases plus longues). Mais bon sang, mais c'est bien sûr, en fait l'alter-mondialisme est un courant des plus impérialistes. L'impérialisme est en effet la volonté d'expansion et de domination, collective ou individuelle. Avec en plus un petit complexe de supériorité émanant de la certitude de détenir la vérité (un alter-mondialiste qui doute est un réformiste qui ne perd pas son temps dans la rue).

Le libéral n'a rien contre les initiatives des autres, que du contraire. La seule chose qui lui est insupportable est l'éventualité que l'on puisse lui interdire une chose qu'il souhaite faire, sous réserve que cette action ne nuise pas a autrui. Si les gens ne pensent pas comme lui cela lui est indifférent car il n'en souffre pas.

Par contre dans la vision alter, point une volonté de changer la vision et la vie des autres. Il vont jusqu'à vouloir faire le bonheur des gens contre leur gré. De quel droit, d'autre part, remettent ils en cause l'OMC, un organe de régulation mis en place par les gouvernements qui sont l'émanation de la nation (en tout cas dans les états démocratiques, souvent favorable à l'OMC) ?

Woila

Delenda Porto Alegre


08 décembre 2005

New York - Malaga















Le vote est tombé hier soir : les 1300 (et quelques...) membres-propiétaires du New York Stock Exchange ont approuvé en majorité la fusion de celui-ci avec la société Archipelago, spécialiste des systèmes de trading et d'échanges électroniques. Suite à cette fusion, le statut du NYSE va passer de partenariat privé à celui de société publiquement cotée (sur le NYSE ??). Pour être tout à fait honnête, ce changement de statut m'importe peu... Je trouverai peut-être de bonnes raisons d'acheter un jour ou l'autre des actions du nouveau groupe mais je n'y vois rien d'ultra-excitant.
En revanche, une conséquence possible de ce vote me réjouit intensément... Vu la spécialité d'Archipelago, on peut supposer que le NYSE devrait dans un futur relativement proche adopter une plateforme de trading électronique ; ce qui non seulement donnera lieu à l'extinction de l'espèce toute particulière de braillards aux costumes bariolés qui peuplent actuellement le Trading-pit, mais aussi, je l'espère vraiment, sonnera la fin (c'est le cas de le dire...) de cette coutume abominable qu'ils ont tous d'applaudir après que la cloche ait sonné la fin de la session. Depuis que je suis les nouvelles financières à chaque fois que j'assiste ces applaudissements, je suis pris d'une drôle de sensation, un mélange de gène et de mépris... Un petit peu comme quand les ploucs autour de vous applaudissent lorsque vous avez le malheur d'atterrir à Malaga un 21 juillet (ou à Bruxelles un 17 août, mais alors ils y mettent moins d'entrain, certains auraient préféré y rester). Certes les applaudisseurs du NYSE ont de plus beaux costumes que le traditionnel tong-marcel du passager Bruxelles-Malaga, mais ils n'en sont pas moins ridicules, surtout à cause de leur suffisance crasse : ils s'applaudissent eux-mêmes et croient qu'ils le méritent vraiment, qu'ils viennent de rendre un grand service si ce n'est à l'humanité entière au moins à l'économie mondiale ! Alors qu'ils n'ont bien entendu servi qu'eux mêmes... Non pas qu'ils aient torts de ne servir qu'eux même, nous passons presque tous (et moi en particulier) l'essentiel de notre temps à servir notre petite personne, mais on ne s'applaudit pas à la fin de chaque journée et l'on s'attend encore moins à ce que les autres nous applaudissent... Imaginez dans les usines, le brouhaha, et chez vous, applaudir le plombier qui vous a fait poireauter trois heures avant de daigner déboucher votre évier... Non et non !
Ils sont ridicules et tout compte fait, leurs costumes ne sont pas si différents de la chemise à fleur du passager Bruxelles-Malaga...

06 décembre 2005

Les grandes réalisations du marxisme révolutionnaire moderne(?)

..
.
.
.
.
.
.
.
....
.












..
...
...
..
.
.
..
.
...

30 novembre 2005

proverbe indien


"La Terre n'est pas un don de nos parents , ce sont nos enfants qui nous la prêtent..."

Je voudrais simplement rappeler que, malgré toute sa sagesse, l'Inde a refusé de reduire ces emissions de CO2 dans le cadre du protocole de Kyoto....

18 octobre 2005

et Dieu créa l'homme....ou pourqoui l'homme créa-t-il Dieu, nom de Dieu???


Mardi dernier, je me trouvai dans un bus dans la banlieue de Buffalo. Vous vous demandez sans doute ce que je pouvais bien faire là bas, mais là n'est pas la question qui nous préoccupe. Cela dit en passant, la Banlieue que j?ai traversée était extrêmement sinistre (genre la ville de Flint filmé par Michael Moore dans ses films « Roger and Me » et « Bowling for Colombine », si vous avez vu) et les gens qui montaient et descendaient du bus avaient vraiment grise mine, enfin vous me direz beaucoup étaient noirs évidemment, l'égalité des chances aux Etats-Unis n'étant que relative.
Enfin cela dit, j'ai trouvé un journal qui traînait, USA Today, journal généraliste qui n'a pas la qualité du New York Times, mais bon. Dans ce journal je suis tombé sur une page qui m'est apparue assez intéressante. La page entière intitulée « The whole world, from whose hands ? » nous parlait du débat actuel aux Etats-Unis entre les théories de l'évolution (de Charles Darwin) et de la création (de Dieu ???). L'article en lui-même n'était pas très instructif mais le plus amusant était un sondage réalisé par USA Today-CNN-Gallup qui l'accompagnait. Ce n'est qu'un sondage, donc à prendre avec des pincettes mais je ne m'attendais vraiment pas à de tels résultats.
La question était assez simple : Laquelle de ces trois affirmations est la plus proche de votre point de vue ?
1. Dieu créa l'être humain dans sa forme actuelle exactement comme le décrit la Bible.
2. L'être humain a évolué sur des millions d?années, à partir d'une autre forme de vie et Dieu a guidé ce processus.
3. L'être humain a évolué, Mais Dieu n?a rien à voir avec ce processus.

Un être un peu sensé et éduqué, vous répondra bien entendu la troisième affirmation (en tout cas c'est mon point de vue). Et bien, selon ce sondage, seulement 12% des Américains ont fait de même et 53% ont répondu la première !!!! (31% la seconde, et 4% donc ne se prononcèrent pas). J'ai trouvé ce résultat absolument choquant (toute proportion gardée, cela n'est qu'un sondage) pour une nation qui a produit tant de prix Nobel et fait tant de découvertes scientifiques. Pauvre communauté scientifique américaine et mondiale et pauvre Charles Darwin qui doit se retourner dans sa tombe devant une telle ignorance, ou plutôt un tel aveuglement... Et dire que certains états américains veulent que leurs écoles n'enseignent que le « Creationisme » et d?autres, plus modérés, veulent qu'on y apprenne les deux théorie. Mais quel obscurantisme.
Le sondage nous donnait ensuite les répartitions des réponses par age, revenu et religion d'origine. Les répartitions par revenus nous montrent (évidemment) que plus les revenus sont élevés plus l'affirmation trois est élevée, mais jamais majoritaire (pour les hauts revenus <75.000$, 29% pour la 3., 41% pour la 2. et 37% pour la 1 et les bas revenus 70% pour la 1.). Les répartitions par religion indiquent que les protestants sont des fervents croyants de la création divine, avec 66% pour l'affirmation 1. et 25% pour la seconde. Les catholiques 38% pour la 1. et 50% pour la 2. Les autres, non chrétiens, ou non croyant du tout votent en majorité (47,5%) pour la troisième affirmation.
Je vais commencer à aimer Marx qui nous disait que la religion est l'opium du peuple (non je rigole, Marx jamais !!). Ils commencent vraiment à nous exaspérer les excités de la Bible (et les excités du Coran, de la Tora, et de la « Libre pensée » aussi d?ailleurs).
Seulement 12%, vous vous rendez compte...

Source : résultats d'un sondage CNN/USA TODAY/GALLUP réalisé par téléphone sur un panel de 1005 personne entre le 8 et le 11 septembre. La marge d'erreur est de 3%.

04 octobre 2005

Les motards ne sont pas si fragiles que ça.

Ou comment sauver l'emploi chez les détaillants de pièces détachées de motocyclettes.

Hier revenant d?une saine récréation dominicale chez ma s?ur j?ai failli rencontrer un motard et lui rencontrer le saint père. Je cherchais une place dans les innombrables parkings bientôt vides de ma belle ville. Quand, ayant trouvé une place digne de mon véhicule automoteur, je mis ( assez furtivement) mon clignotant et m?engouffrais dans une place. Mes enfants quel boucan derrière moi. J?ouvre donc ma porte et constate qu?un motard est lourdement par terre (un peu comme une tortue sur le dos). Constatant qu?il était pourvu d?un casque, j?abandonnais instantanément l?éventualité de le finir à coup de démonte-pneu. Quand je vis sa jambe sous sa grosse machine mes sentiments furent assez confus ! Devais-je le libérer au risque de manger un nombre conséquent de coups de casque. Je suis d?accord, tous les motards ne tuent pas systématiquement des gens lors de concert, mais il y a moins de dessin de Gandhi sur le dos de leur blousons de cuir que de dragons vachement vindicatifs. Après avoir remarqué qu?il était notablement moins charnu que moi, et qu?une légère marche arrière sur son deux roues calmerait toute tentative de rébellion, je couru l?aider à se dégager. Il semblait très courroucé tout de même. Après les explications d?usage :

- Je suis désolé (je suis toujours désolé).

- Ben oui vous mettez votre clignotant au dernier moment, c?est n?importe quoi.

- Voulez vous faire un constat ?

- Ha ben oui !

- Pas de problème

- Mais c?est votre parole contre la mienne.

- Bah oui (imbécile c?est une voiture pas un car), j?ai mis mon clignotant ( trop tard à votre goût, mais les goûts et les couleurs?) puis on est en zone 30 km/h et vous-vous apprêtiez à me dépasser.

- Hum, restons en là.

- On peut trouver une solution

- Il n?y a pas de solution à trouver

- ha bon eh bien voila, vous ne voulez pas me laisser un nom et un numéro de téléphone ?

- non au revoir (personnellement, je ne tiens pas particulièrement à revoir ce bonhomme, mais bon)

Le fait est que ce monsieur, ne s?était pas fait trop mal ( un peu à l?amour propre de s?être vautré tout seul pour rien), n?avait pas touché ma voiture et n?avait que de menues griffes dans ses chromes. Tout est bien qui finit bien. (surtout pour le marchand de chromes). Mais de manière générale, je pense qu?il faut être fort insouciant pour rouler sur un objet dont la finalité ultime est de résoudre le problème du vieillissement de la population par divers procédés. Ceux-ci vont du râpage sur bitume au tranchage sur rail de sécurité ( ya ka les enlever oui mais les voitures alors ?). Cet exemple tend à prouver que les deux roues en plus de la voiture ne sont pas là que pour décorer. Et la carrosserie reste un bon rempart entre vous et les obstacles tel que les motards du dimanche et les déjections de pigeons, mouettes et autres rats volants.

Delenda Porto Alegre.

28 septembre 2005

Voie de garage


Je lisais il y a quelques temps que Jean-Denis Lejeune, le père de la petite Julie, l'une des victimes de Marc Dutroux, allait quitter Child Focus. Child Focus est une fondation de droit belge reconnue d'utilité publique qui met tout en oeuvre pour retrouver des enfants disparus et pour combattre leur exploitation sexuelle. La présidente générale et le président du CA y font de l'excellent travail.
Je me réjouissais bien entendu de cette nouvelle, car, malgré tout le respect et la compassion que j'ai pour Jean Denis Lejeune, je ne pense pas qu'il possédait les compétences, même en communication et recherche de fonds pour la fonction qu'il exerçait là-bas. Son poste semblait plus une compensation, si vous voyez ce que je veux dire.
Cela étant, Il annonçait donc son départ de Child Focus, ce qui devait faire du bien à cette fondation qui doit avoir du mal à nouer les deux bouts et qui se voit donc débarrasser d'un salaire (de trop).
Je me suis hélas réjouis bien trop vite... Je lisais aujourd'hui dans la presse populaire (populiste ?) belge, la Dernière Heure pour ne pas la citer, qu'il partait pour la Délégation générale aux droits de l'enfant dirigée par le moustachu Claude Lelièvre. Le rôle de Jean Denis sera selon Lelièvre d'être : «chargé de la communication et de certains projets », quelque chose donc de très vague. Le pire, c'est que Jean Denis Lejeune a reçu ce poste, ou faudrait-il dire cette nouvelle voie de garage, avec « l'accord des ministres responsables, Mme Arena et M. Eerdekens ». Cela ne fait pas du tout pantin baladé à droite et à gauche mais cela fait surtout tout à fait pitié de faire croire à cet homme qu'il a de l'importance... C'est vrai que sa notoriété (il a fait la une de la presse pendant des mois) jumelée à un travail sur le terrain (genre sonner aux portes, distribuer des tracts dans les centres commerciaux, ou même mettre sa photo et son nom sur ces tracts) pourrait peut être s'avérer plus rentable pour cette « délégation » que de lui confier la gestion de quoi que ce soit.
Dès son arrivée, Jean Denis a déjà prouvé son niveau de compétence en arborant une belle fausse moustache, pour faire le comique...la photo est assez explicite, je crois. Jean Denis Lejeune s'est directement mis au travail, lisez plutôt ce que dit La Dernière Heure : « Jean-Denis Lejeune a quitté Child Focus vendredi. Il était déjà à pied d'oeuvre lundi à la délégation avec son équipe de bénévoles, qui ont envoyé 5.000 courriers aux associations, services d'aides, écoles et autres pour annoncer son arrivée ».
Voila donc ce qu'il a fait, il a dépensé 2500 euros (à 50 centimes le timbre, sans compter les enveloppes et le papier) pour dire qu'il vient faire une nouvelle fois de la figuration... On peut espérer qu'il fera autant pitié aux gens qu'à moi et que finalement sa présence rapportera plus qu'elle ne coûtera.

26 septembre 2005

Allez les Blaireaux!


Je ne suis pas ici pour encourager ou me moquer des innombrables imbéciles qui peuplent notre chère planète, mais simplement vous donner un état des lieux du pays dans lequel je réside depuis quelques semaines, le Canada. Je m'efforcerais bien entendu de dépasser les stupides stéréotypes tout en donnant un avis qui ne pourra être qu'un point de vue personnel.
Pour commencer, il est important je pense de donner quelques informations brutes a propos de ce pays. Le Canada est le deuxième plus grand pays au monde par sa superficie mais ne compte que 30 millions d'habitants. L'état est de type fédéral et les différentes provinces et territoires (13 au total) jouissent d'une large autonomie (je ne rentrerai pas dans les détails). Le Québec, la deuxième plus grande province en nombre d'habitants (+/- 7.500.000 d habitants) après l'Ontario, est majoritairement francophone et tient fort à sa différence culturelle. Le Canada possède énormément de ressources naturelles. Le Gaz et le pétrole, additionnés aux ressources hydro-électriques permettent au pays d'être quasi autonome énergiquement. Cependant l'une des ressources naturelles principales est le bois, le Canada en est le premier producteur mondial. Le taux de chômage y est relativement faible, de l'ordre de 7,2%. Pour résumer il fait vraiment bon vivre au Canada, qui se classe souvent en tête du classement de l'indice de développement humain -IDH-, publié chaque année par le PNUD.
Après les chiffres bruts et ennuyeux, voici une autre vision du Canada, qui, je vous le rassure, est plus que positive. Tout d'abord, je serai obligé de tomber dans certaines platitudes qui se sont avérées exactes. Effectivement les canadiens sont des gens vraiment accueillants, serviables et polis (comme à peu près partout cela va de soi). Et pour des anglo-saxons (je me trouve en Ontario) ils n'ont pas la vulgarité des anglais moyens, ni la grossièreté des américains (ou l?inverse si vous préférez, pour rester dans les clichés). Cependant, il n'y a pas des obèses partout malgré l'omniprésence de toutes ces chaînes de fast-food et pizzerias. Bon il est vrai que je passe la plupart de mon temps sur un campus universitaire et fréquente surtout des étudiants, donc des gens éduqués, mais même à Toronto, je n'ai pas remarqué énormément d'obèses, et ce n'est pas par distraction, vu qu'on ne peut pas les louper...
Le Canada est une nation moderne et progressiste (pas dans le sens gauchisant -j'assiste, tu assistes, le PS assiste, nous sommes assistés donc nous n'en foutons pas une,...- du terme, mais dans le sens de l'ouverture d'esprit). Les églises sont bien séparées de l'état et c'est très bien comme ça, d'ailleurs les canadiens ne sont pas des excités de Jésus et consorts. Le mariage pour les homosexuels est tout à fait légal. Les canadiens sont des gens extrêmement tolérants, ce qui est souvent l'apanage des petites nations et/ou des nations multiculturelles. Il y a à Toronto la plus grande communauté chinoise hors de Chine, et dans ce Chinatown, le nom des rues est par exemple indiqué en anglais et en chinois. Pourtant ils sont assez intolérants envers une catégorie de personnes, Les fumeurs. La cigarette est interdite dans tous les lieux publics couverts mais même parfois à l'extérieur ! Ici sur le campus, par exemple on n'est prié (ici on n oblige pas ni interdit, mais on prie) de fumer dans des lieux indiqués à cet effet. Résultat, je ne fume plus depuis que je suis arrivé et c est très bien comme ça et je n'en ressens que rarement le besoin.
Evidemment je ne suis pas allé encore partout ni chez les bûcherons du Manitoba, ni chez acadiens, je ne peux donc pas (encore) généraliser. Comme chaque nation à ces têtes de turcs (Les français se moquent des belges, les belges se moquent des français, les anglais des français, les américains des français, les québécois des français,...) les canadiens se moquent des gros américains pleins de dollars et de SUV (alors que c'est la même chose chez eux, sauf qu'ils sont moins gros) et n'apprécient pas spécialement la politique néo-conservatrice américaine. Les anglophones se moquent des québécois. Je me rappelle les entendre railler Radio Canada, la chaîne de TV publique francophone, de ces maigres moyens par rapport à CBC (mais au moins elle est indépendante, pas comme une certaine chaîne publique francophone, devenue le ministère de la propagande du parti politique majoritaire...enfin là je m'égare en Europe). Radio Canada, quant à elle, m'a fait marrer à se moquer un jour d'un chanteur français qui était incapable d'aligner trois mots d'anglais, pour eux cela parait tellement inconcevable évidemment.
La télé, parlons en également. C'est bien, y a du choix et quant même un peu de qualité (un peu évidemment, mais beaucoup de pub, pour des assurances de toutes sortes), je n'ai ici hélas qu'une seule chaîne francophone, Radio Canada. Si vous aimez le sport, vous serez servi, si vous aimez le football, vous aurez du football américain. D'ailleurs le football américain pratiqué au Canada, est assez amusant à suivre, rien à voir avec la NFL.
A propos de sport, ici sur le campus, les infrastructures sont modernes et complètes. La pratique du sport est vraiment encouragée. Les équipes de l'université, les « Badgers » (en français les blaireaux, ça aurait pu être les putois ou les ratons laveurs, on l'a presque échappé belle) se distinguent dans les compétitions interuniversitaires. Des blaireaux ici vous pouvez en voir se balader sur le campus, la journée ils ont des boutons et des lunettes, et n'oublient pas de fermer le bouton du col de leur chemise, et la nuit ils se baladent dans les bois ou dans leur terrier, avec les putois et les ratons laveurs. Je n'ai pas encore vu de Caribou hélas, ni de match de hockey sur glace, mais ça n'a rien à voir, d'ailleurs la saison n'a pas encore commencée.
Sinon il y a bien entendu quelques éléments qui m'ont un peu embarrassés ici. Le premier d'entre eux est la différence de standard pour certaines choses par rapport à nos standards européens. Même si le Canada est passé au système métrique il y a une trentaine d'années, beaucoup de gens continuent à parler en inch, mile,... Au moins ici ça change tout doucement. A part ça, Le problème principal réside dans le courant électrique. Déjà que les prises de courant n'ont pas la même forme, en plus ici elles n'ont pas le même voltage. Enfin, un transformateur à 45 euros vous permettra d'utiliser votre rasoir électrique. Pour le portable, un bête adaptateur suffit. Un autre exemple, mais tout à fait futile celui-là, m'a marqué. Ici les classeurs n'ont pas deux anneaux, mais trois. C'est con, mais j'ai l'air fin avec mon méga bloc de feuilles n°1 de chez Carrefour à 1 euro. Je vais pouvoir m'acheter des blocs trois trous et des classeurs trois anneaux que je jetterai une fois parti d'ici. Je crois que je vais plutôt acheter des cahiers...
Si il fait bon vivre au Canada, il fait seulement bon vivre si on a d l'argent (encore un truisme, désolé il se fait tard) et ici il vaut mieux en avoir car ça coûte, mais combien exactement, telle est la question. En effet, ici une chose est tout à fait aberrante, les prix sont indiqués absolument partout taxes non comprises. Je ne comprends pas très bien ni l'intérêt ni la rationalité de cette loi. Donc quand vous voyez indiquez 5$, vous payerez 5$ +7% de 2,5$ de taxe fédérale +8% de 2,5$ de taxe provinciale, ce qui vous fait... Que vous ne savez jamais exactement ce que vous allez payez, et je me suis déjà retrouvé comme un imbécile dans la file du supermarché en ayant pas assez d4argent parce que j4avais pas pris en compte ces stupides taxes.
Une dernière chose, si la cigarette n4est pas encouragée, la consommation d?alcool ne l4est pas non plus. Il coûte cher, Il ne peut pas être consommé par les jeunes de moins de 19 ans et ne peut s4acheter que dans certains magasins d4état. Vous pouvez en consommez dans les bars et les restaurants, mais on hésitera pas à vous demandez de prouver votre âge. A moi qui ait 24 ans et très bientôt 25 et qui ne parait pas spécialement jeune, surtout avec mon front dégarni, on m4a déjà demandé plusieurs fois ma ID. Ils ne prennent pas de risque car les sanctions sont extrêmement lourdes si ils sont pris à servir de la bière à des ados de moins de 19 ans. Sinon, la région dans laquelle je me trouve est viticole et produit d'excellents vins (c'est amusant des français m'ont dit que le vin était dégueulasse, étonnant, non ?) D'ailleurs il y a ici à St Catherines en ce moment un petit festival du vin des plus attrayant.
Voila pour ce petit état des lieux tout a fait personnel. La prochaine fois, je vous expliquerai comment boire du sirop d'érable en compagnie de Joseph Idlout lorsque vous participez à une course de chiens de traîneaux entre des cabanes de bûcherons.
Aimé De Mesmaeker.